Swiss-Ski
Aerials

La mission de Michel Roth : construire des tremplins à Ruka (FIN)

Zurück

Le chef entraîneur Aerials Michel Roth se rend seul dans le Nord chaque année début novembre pour construire des tremplins à 3300 km d’ici, à Ruka (FIN). Il emporte dans ses bagages une multitude de skis, des pelles à neige, des appareils de mesure et d’autres outils.

La mission de Michel Roth : construire des tremplins à des fins d’entraînement pour son équipe. Cinq tremplins sont ainsi érigés en trois jours pour accueillir des simples, doubles et triples saltos. Les obstacles mesurent entre 2 et 4 mètres de haut avec une pente allant jusqu’à 71 degrés. À Ruka, Michel Roth peut compter sur le soutien de six collaborateurs qui l’aident à creuser avec des excavatrices et d’autres engins. « Ils n’ont aucune notion de saut. Je donne les instructions et ils manipulent les différents engins », explique le chef entraîneur. On pousse d’abord la neige sur la surface d’élan et la zone de réception, puis on procède à la prise des mesures. Le lendemain, on construit les tremplins et on les remplit de neige. On termine par assouplir la neige dans la zone de réception et par profiler les tremplins.

Ils n’ont aucune notion de saut. Je donne les instructions et ils manipulent les différents engins.

Michel Roth, chef entraîneur Aerials

Les athlètes de Swiss-Ski se sont entraînés sur les installations dans les meilleures conditions possibles, durant quatre semaines. « Nous n’avons jamais dû suspendre l’entraînement pour cause de mauvais temps. » Les Suisses ne sont cependant pas les seuls à avoir utilisé les tremplins. 95 sauteurs de diverses nations ont également profité du travail de Michel Roth. Les tremplins sont restés ouverts tous les jours de 08h00 à 20h00. « Nous avons ainsi atteint nos limites », confie le chef entraîneur de 53 ans, en charge de toute l’organisation et de la répartition des équipes. L’année prochaine, les juniors ne pourront plus s’entraîner quand Swiss-Ski sera sur place.

Arrangement avec les organisateurs

Lorsqu’on lui demande quelle est sa motivation à fournir un tel investissement année après année, Michel Roth répond : « Tout d’abord, j’aime voyager loin et je me réjouis toujours de travailler. » Il a de plus conclu un arrangement avec les organisateurs à Ruka : « Je construis des tremplins avec l’aide de leurs bénévoles, je les mets à disposition d’autres nations et nous recevons en contrepartie deux appartements gratuits. »

Réceptions propres sont au centre

Les compétitions à Ruka étant terminées, l’équipe d’aerials s’envole pour la Chine. Secret Garden accueillera ce week-end des épreuves de Coupe du monde. Le chef entraîneur ne vise pas fondamentalement des performances de pointe. « J’espère avant tout une bonne tenue et de belles réceptions. » La saison dernière, les réceptions étaient le problème principal. Michel Roth est donc satisfait si les athlètes font des progrès dans ce domaine. « Nous préférons exécuter des sauts moins complexes, mais réaliser des réceptions propres. »