Première mondiale : Jan Scherrer fait entrer le snowboard dans une nouvelle dimension

Retour
Bild: Keystone

Le Saint-Gallois est devenu le premier snowboardeur à réaliser un Switch Alley-Oop Double Rodeo 1080 Indy to Nose, sur le half-pipe de Saas-Fee. En posant cette figure inédite, Jan Scherrer a attiré la lumière des projecteurs avant le début de la saison des Mondiaux et mis ses rivaux sous pression.

Voilà un trick aussi spectaculaire qu’il en a l’air à l’entendre – et tout aussi difficile à comprendre qu’à expliquer. Même son auteur ne trouve guère meilleure définition que celle-ci : « En fait, il s’agit d’un Switch Alley-Oop Double Rodeo 1080 Indy to Nose. » Mais pas non plus tout à fait, « car je le déclenche de manière différente ». Autrement dit : lors de cette figure, Scherrer effectue un double saut périlleux arrière avec trois rotations autour de son propre axe vers l’amont. Le saut est complété par une combinaison de grabs, où l’athlète place d’abord sa main arrière au milieu de la planche entre les pieds, la main avant restant sur le nez de la planche.

Phase de réalisation

Ce n’est pas un hasard que ce soit ce snowboardeur collégial, modeste et réfléchi qu’est Jan Scherrer qui est parvenu à étonner la scène du snowboard avec une première mondiale cette année. Cette figure trotte dans sa tête depuis plus de cinq ans, reconnaît-il. « Je ne savais pas comment aborder ce saut. Je n’avais aucun modèle ou enregistrement vidéo auquel me raccrocher. Rien. C’est une situation extrême sur le plan psychologique. Car au final, tu lances ton corps dans le half-pipe et tu ne sais pas vraiment comment ça va se terminer. » Mais il a trouvé son chemin, en particulier à Crans-Montana. Au printemps dernier, l’équipe de snowboard freestyle s’est entraînée durant deux semaines dans la station valaisanne sur le landingbag situé au glacier de la Plaine Morte. « Tout était parfait à Crans-Montana, je me sentais prêt mentalement et créatif. J’ai eu l’opportunité de le faire et j’ai réussi ce que j’avais voulu tenter depuis longtemps. » Il a avancé à tâtons, a examiné différentes combinaisons de grabs, jusqu’à ce qu’il découvre une variante avec une formule de rotation intéressante qui puisse également fonctionner sur le half-pipe.

Six mois et pas un seul entraînement de half-pipe plus tard, l’athlète a concrétisé son œuvre à Saas-Fee. Début octobre, Scherrer (26 ans) est devenu le premier snowboardeur au monde à réaliser un Switch Alley-Oop Double Rodeo 1080 Indy to Nose. « Un moment rempli d’énergie », dit Scherrer avec sa modestie habituelle. « Je n’aurais jamais pensé que je réussirais ce trick dès le deuxième jour d’entraînement après une si longue pause sur la neige. »

Jan Scherrer donne l’impression que ce trick extrêmement complexe est en fait simple, sans risque, presque gracieux et fluide:

L’athlète d’Ebnat-Kappel avait commencé sa journée sans grandes ambitions, avec un échauffement et quelques runs sur le half-pipe. Un half-pipe parfaitement préparé et sans vent qui a suscité sa créativité. « Je me suis dit que si je ne le faisais pas à ce moment-là, je ne le tenterais plus jamais. Les conditions étaient trop parfaites pour y renoncer. Je n’avais aucune raison de ne pas tenter ce trick. » Et cela a marché. Un moment inoubliable pour Scherrer, d’ordinaire pas avare en autocritique. « Je ne m’étais jamais retrouvé dans une telle situation et cela me remplit de fierté d’avoir osé et réalisé ce rêve. » Le dernier Suisse à avoir réussi une telle première mondiale sur le half-pipe était Iouri Podladtchikov, qui a rangé sa planche il y a deux mois. Podladtchikov avait créé il y a sept ans son célèbre « YOLO flip », qui l’a propulsé vers le titre olympique à Sotchi en 2014.

Humilité

Avec Jan Scherrer, un autre nom de l’équipe suisse fait désormais son apparition dans la liste des inventeurs de tricks à snowboard. Aucun risque toutefois que cela lui fasse prendre la grosse tête. Il ne souhaite pas donner de nom particulier à sa figure. Ce n’est pas son style. « Mon objectif n’est pas que ce trick porte mon nom, je trouve ça stupide. Le fait que les gens qui s’intéressent à la scène du half-pipe sachent que j’ai été le premier au monde à le réussir a beaucoup plus de valeur à mes yeux. »

Jan Scherrer est connu pour son style esthétique sur la planche, possède un répertoire de base sophistiqué de figures techniquement complexes qui lui permettent d’obtenir régulièrement des résultats de premier plan. Scherrer, qui a longtemps dû se contenter de la 4e place, a définitivement atteint l’élite mondiale la saison dernière. Il a pris la 3e place des prestigieux X-Games et confirmé sa forme étincelante en terminant 2e du Burton US Open De quoi faire de Scherrer un cadre important de l’équipe suisse de snowboard. Aujourd’hui plus que jamais, même si Scherrer n’avait pas pensé à l’origine utiliser son nouveau trick en compétition. « Je ne voulais pas forcément travailler sur une nouvelle figure pour la compétition. Je voulais simplement réussir ce saut qui m’obsède depuis de nombreuses années. » Mais maintenant qu’il l’a réussi, la situation est clairement différente, reconnaît-il. « Je veux désormais affiner ce saut, en faire un automatisme et le montrer lors d’une compétition. Cela me donne des possibilités infinies et je vois aussi que j’ai désormais entre mes mains de quoi figurer au sommet lors de chaque compétition. » Fait-il référence aux Jeux olympiques 2022, en Chine ? « Oui, j’ai déjà un run pour les JO en tête. » Ce qui est sûr, c’est que ce trick va être rendu célèbre par Jan Scherrer et fait passer le snowboardeur dans une nouvelle dimension. La saison prochaine en définira les contours.