Plan B : Laax

Retour

Cette année qui touche à sa fin nous a démontré de la manière la plus éclatante que bien souvent, les choses ne se passent pas comme prévu. Si le plan A ne fonctionne pas, il s’agit de faire preuve de créativité. Pour les équipes suisses de skicross et de snowboard, cela s’est traduit par la mise en place d’un nouveau parcours d’entraînement à Laax.

Avec ses snowparks, la station d’hiver grisonne est la Mecque des snowboardeurs et des freeskieurs. Depuis peu, un nouveau parcours de cross construit en quatre jours seulement brille sous le soleil automnal sur le glacier du Vorab.

Il était initialement prévu que l’équipe de skicross effectue ses derniers ajustements à Idre (SWE) avant le coup d’envoi de la Coupe du monde et que les spécialistes de snowboardcross, emmenés par l’entraîneur en chef Mario Fuchs, accomplissent un cours d’entraînement en Autriche. Ceci était, initialement, le plan A. Toutefois, le manque de neige à Idre et la situation liée au coronavirus en Autriche ont contraint les responsables à revoir leur planification. Le staff s’est alors mis à la recherche d’une alternative, qui a été trouvée grâce aux remontées mécaniques de Laax. « Cela peut sembler un peu fou, mais grâce au soutien formidable des remontées mécaniques de Laax et des staffs du skicross et du snowboardcross, nous avons aménagé un parcours en un temps record », déclare l’entraîneur de skicross Enrico Vetsch. Mario Fuchs se réjouit lui aussi que ce parcours ait pu être réalisé de concert : « Il est fantastique que nous ayons pu exploiter de telles ressources à l’interne et que nous disposions désormais d’une infrastructure d’entraînement idéale que nous pouvons partager avec d’autres nations ».

Double vainqueur du général de la Coupe du monde de skicross, Fanny Smith apprécie elle aussi à sa juste valeur l’immense travail fourni par les coaches en faveur des athlètes :

Mais pourquoi accomplir une telle tâche herculéenne à Laax si un parcours parfait existe d’ores et déjà à Saas-Fee ? « Nous avons passé près de trois mois à Saas-Fee et avons démonté le camp sur le glacier fin octobre. À cela s’ajoute que les athlètes connaissent le parcours comme leur poche. Ils ont toutefois besoin de stimuli inédits et d’impulsions nouvelles », explique Enrico Vetsch. Une solution spontanée et idéale a pu être trouvée à Laax, ce qui est loin d’être évident en cette période singulière, comme le souligne ce dernier : « Espérer trouver des remontées mécaniques prêtes à s’engager dans une telle collaboration, et ce, même si elles sont en principe fermées, peut s’avérer difficile. L’équipe des remontées mécaniques de Laax s’est toutefois montrée extrêmement motivée et nous a soutenu dans notre entreprise. C’est un véritable coup de chance ».

Déjà bien enneigé cet automne, le glacier du Vorab est loin d’être un terrain inconnu pour l’équipe de skicross. La troupe de l’entraîneur en chef Ralph Pfäffli s’était en effet déjà entraînée à Laax en 2018 en vue des Jeux olympiques.

Au total, ce ne sont pas moins de treize nations qui profitent de ces précieuses conditions d’entraînement à Laax jusqu’à début décembre, avant que les spécialistes du skicross et du snowboardcross ne débutent leur saison de Coupe du monde.

Liens

Les équipes de skicross et snowboardcross:

Skicross Instagram

Snowboardcross Instagram