Devenir membre
Live
Ski Alpin
à partir de 10.00 h

« Il a fallu briller dans toutes les disciplines »

Retour
Image: WC Corvatsch/Filip Zuan

Pour la première fois de son histoire, Swiss-Ski a remporté le classement des nations en ski freestyle, qui englobe les disciplines skicross, freeski, aerials et bosses. Directeur Ski Freestyle, Snowboard et Télémark, Sacha Giger explique comment la Suisse y est parvenue et ce que signifie le statut de nation numéro 1 du ski freestyle pour l’avenir.

Sacha Giger, lors de la finale de la Coupe du monde de slopestyle sur le Corvatsch, la délégation suisse s’est vu remettre l’imposant trophée de nation numéro 1 du ski freestyle. Un moment historique ?

Sacha Giger : Absolument. Nous n’avions encore jamais obtenu un tel succès. Chez les femmes comme chez les hommes, les athlètes des disciplines skicross, freeski, aerials et bosses nous ont offert une saison 2020/21 exceptionnelle. Remporter le globe sur l’ensemble des disciplines représente un succès exceptionnel, car il a fallu briller dans toutes les disciplines.

Quels ont été les grands moments les plus mémorables ?

Bien entendu, lors d’une saison de Championnats du monde, ces joutes occupent une place centrale. Je pense ainsi à la constance dont a fait preuve l’équipe de skicross à Idre Fjäll : la médaille d’or d’Alex Fiva – la toute première médaille mondiale suisse chez les hommes –, l’argent de Fanny Smith et la quatrième place de Talina Gantenbein, qui s’établit ainsi elle aussi dans l’élite mondiale. Pour leur part, les freeskieurs ont également brillé à Aspen en décrochant l’or (Andri Ragettli) et l’argent (Mathilde Gremaud) en slopestyle, et ce, malgré une équipe lourdement impactée par les blessures de Fabian Bösch et Giulia Tanno. Kim Gubser a créé la surprise en s’adjugeant le bronze en big air. Enfin, la jeune équipe d’aerials n’a pas cédé sous la pression et a empoché l’argent lors du Team Event à Almaty.

À ces six médailles aux CM s’ajoutent 4509 points en Coupe du monde, ce qui traduit bien la qualité globale de cette équipe.

C’est exact. La Suisse a remporté le classement des nations avec 257 points d’avance sur le Canada. Il est particulièrement réjouissant que ces performances soient réparties sur plusieurs épaules. Nous pouvons compter sur une équipe très régulière et performante, notamment en skicross, où plusieurs athlètes sont montés sur le podium en Coupe du monde. La situation est comparable pour les freeskieurs et, depuis peu, pour l’équipe d’aerials avec Noé Roth, Pirmin Werner et Nicolas Gygax. Après une longue blessure, Marco Tadé a retrouvé un bon niveau et est même monté sur le podium en Coupe du monde, à Ruka.

Dans le sport, atteindre les sommets est une chose, mais y rester sur la durée est une autre. Selon toi, que faut-il pour conserver ce statut de nation numéro 1 du ski freestyle ?

Dans la plupart des disciplines, l’infrastructure à disposition joue un rôle très important, voire décisif. Je pense notamment à une installation de landing bag hors neige ou encore à des parcours d’entraînement en skicross. À Airolo, nous sommes en train de réaliser un complexe CISIN pour les disciplines aerials et bosses, qui sera un pilier important pour le développement de ces spécialités.

Quels défis futurs s’agira-il de relever ?

En Suisse, nous avons besoin d’une base plus large, que nous devons atteindre principalement via les clubs. Les efforts doivent être conjoints : les clubs, les associations régionales et bien entendu Swiss-Ski, en tant que force motrice. Nous devons atteindre encore plus efficacement les jeunes athlètes potentiels, en particulier dans les zones urbaines. Il s’agit en outre de réfléchir sérieusement à la manière dont nous pouvons soutenir de manière spécifique les femmes dans les disciplines freestyle à long terme, et ce, autant en ce qui concerne le ski freestyle que le snowboard.

Avec St-Moritz/Engadine, Swiss-Ski s’est portée candidate pour l’organisation des Championnats du monde de ski freestyle et de snowboard 2025 et la Fédération internationale de ski (FIS) vient de retenir sa candidature. Que représente l’attribution de ces CM pour Swiss-Ski ?

Cela sera certainement le grand moment dans la carrière de nombreux de nos athlètes. J’espère que ces Championnats du monde permettront de donner plus d’ampleur et de soutien au développement du ski freestyle et du snowboard. L’Engadine est un excellent partenaire, qui apporte beaucoup de savoir-faire dans l’organisation de grands événements et de compétitions freestyle. Cela permettra également un développement de l’infrastructure autour du Corvatsch. Ainsi, j’espère qu’à l’avenir nous aurons un accès durable à ces infrastructures, plus tôt dans la saison et plus longtemps au printemps.