Elle l’a fait : à 28 ans, Fanny Smith écrit l’histoire du skicross

Retour
Photos: GEPA Pictures

C’est désormais une réalité. En signant avec la manière son 27e succès de Coupe du monde dimanche à Idre Fjäll (SUE), Fanny Smith est devenue l’unique détentrice du record et écrit ainsi l’histoire d’une discipline intégrée il y a seulement 18 ans dans le calendrier de Coupe du monde FIS. La Vaudoise de 28 ans était déjà parvenue à égaler la Française Ophélie David en remportant la course sprint mercredi à Idre Fjäll. Désormais, elle est seule en tête.

Fanny, tu es tombée au sol dimanche après avoir franchi la ligne d’arrivée. Étais-tu épuisée, heureuse ou avais-tu déjà compris la portée de ce que tu venais de réaliser ?
C’était sans aucun doute une combinaison de tout cela ! J’ai d’abord été littéralement submergée par les émotions dans l’aire d’arrivée en réalisant que j’avais battu le record. J’ai également ressenti un certain épuisement après cette semaine intense de compétitions à Idre Fjäll. À cela s’ajoute que la piste d’Idre est la plus exigeante et la plus difficile du calendrier de la Coupe du Monde.

Cette pensée du record t’a-t-elle accompagnée lors des dernières courses ou as-tu essayé de mettre de côté cet aspect ?
J’ai plutôt essayé de me concentrer sur une course à la fois et donc de donner le meilleur de moi lors de chaque compétition. Aujourd’hui, je suis incroyablement satisfaite et fière d’y être parvenue. L’entraînement intensif, les nombreuses privations et toutes les décisions prises ces dernières années se sont avérés payants.

Quelles ont été les réactions de ton entourage ?
C’était merveilleux. Les réactions de mon entourage ont été incroyablement touchantes et inspirantes. J’ai reçu des messages positifs et des félicitations par tous les chemins et canaux possibles. Ce fut un moment très particulier. Mes parents sont bien entendu très fiers et Ophélie m’a félicitée elle aussi, ce qui m’a beaucoup touchée.

Quels sont les prochains objectifs que peut se fixer une sportive qui a déjà écrit l’histoire du skicross à 28 ans ?
Mon objectif à long terme est de pouvoir conserver mon niveau actuel, mais aussi de continuer à travailler et à m’améliorer. Certains petits détails doivent encore être ajustés. L’essentiel pour moi est d’avoir suffisamment d’endurance pour traverser la saison en bonne santé et sans blessure. Heureusement, j’y suis parvenue ces dernières années grâce à un entraînement intensif. J’ai la chance d’être en bonne santé et j’en suis infiniment reconnaissante.

Les Championnats du monde auront lieu à Idre Fjäll le 13 février. Le parcours, les conditions et la neige semblent te convenir parfaitement. La pression sera-t-elle encore plus forte ?
J’ai été soulagée et heureuse d’apprendre qu’un site de remplacement pour les Championnats du monde avait enfin été trouvé à Idre Fjäll. Idre me convient certes très bien et j’apprécie cet endroit, mais la course sera un grand défi. Il faut disposer du matériel parfait pour les longues phases de glisse et d’une bonne stratégie, car la piste est incroyablement exigeante. Dans tous les cas, il n’y a pas droit à l’erreur, car la piste ne pardonne rien.