Âge, succès en Coupe du monde, vitrine de médailles : voici le portrait-robot du médaillé olympique suisse

Retour

La Suisse est rentrée des Jeux Olympiques de Pékin avec 14 médailles dans ses valises. Parmi ces breloques, pas moins de sept sont en or. Mais qui se cache derrière les athlètes responsables de la moisson de médailles à Pékin ? Notre portrait-robot.

30 ans : Selon Udo Jürgens, la vie commence à 60 ans, mais les athlètes de Swiss-Ski connaissent leur apogée olympique bien plus tôt. Le médaillé suisse moyen (en comptabilisant bien sûr aussi les femmes) a exactement 30 ans. Ce n’est donc ni un rookie, ni un vétéran, mais bien un athlète dans la fleur de l’âge. La fourchette lors de ces JO va de 22 ans (Mathilde Gremaud, double médaillée) à 36 ans (Alex Fiva). Ça se bouscule toutefois nettement plus au portillon quand les athlètes se trouvent autour de la trentaine : neuf médailles ont été décrochées par des athlètes âgés de 27 à 30 ans (2x Gut-Behrami, 2x Holdener, 2x Gisin, Regez, Scherrer, Suter).

Récidivistes : à bien des égards, ces Jeux Olympiques ont été ceux des premières. Pour la première fois, des skieurs alpins ont dévalé la toute nouvelle piste « The Rock » ; pour la première fois, le big air figurait au programme des freeskieurs ; pour la première fois de l’histoire, la Suisse a remporté cinq médailles d’or en ski alpin. Et pour les médaillés aussi, la conquête d’une médaille olympique représentait souvent une première – mais pas pour tous. Avant Pékin, chaque futur médaillé avait déjà remporté 0,79 médaille olympique individuelle en moyenne.

Jalons en Coupe du monde : parvenir le jour J à confirmer ses prestations de tout l’hiver nécessite des nerfs solides. Les médaillé(e)s suisses en ont eu – et comment ! Dans de nombreuses disciplines, ils ont débarqué à Pékin dans le rôle de favoris aux médailles olympiques. Et ils été à la hauteur des attentes. Celles-ci étaient clairement élevées, puisque le médaillé moyen affiche à son palmarès pas moins de 9,43 victoires en Coupe du monde lors de compétitions et courses individuelles. Le spectre est très large, puisqu’il va d’une seule victoire individuelle (Gisin et Scherrer) à 34 succès en Coupe du monde (Gut-Behrami).

Collectionneurs de globes : certains ont décroché leur première médaille olympique, d’autres en avaient déjà une ou plusieurs à la maison. Et dans plusieurs cas, l’armoire à trophées commence à manquer de place : le médaillé moyen possède en effet déjà 1,21 globe de cristal de Coupe du monde. Le plus beau palmarès à ce niveau est celui de Beat Feuz, qui a décroché le globe de la descente ces quatre derniers hivers.

Au top lors des grands événements : pour de nombreux médaillés, le succès aux Jeux n’était pas une première en ce sens qu’ils avaient déjà eu l’occasion de décrocher des médailles lors d’un grand événement, et ce dès leur plus jeune âge. Lors de la cérémonie de remise des médailles, le médaillé suisse type de Pékin avait déjà chez lui 1,93 breloque obtenue lors des Championnats du monde juniors, dont 0,86 médaille d’or individuelle. De nombreux médaillés ont maintenu l’élan affiché chez les juniors pour confirmer chez les élites et finir par augmenter leur moisson de médailles. Au moment de son succès à Pékin, le médaillé suisse type comptait déjà à son palmarès pas moins de 2,57 médailles individuelles décrochées lors de Championnats du monde. Lara Gut-Behrami, huit fois médaillée aux Championnats du monde au cours de son impressionnante carrière, fait gonfler les chiffres. Après avoir remporté son premier titre aux Championnats du monde le 11 février 2021, en super-G, le même jour lui a de nouveau porté chance un an plus tard : le 11 février 2022, elle a comblé ce qui était sans doute le dernier vide dans son CV de skieuse de compétition en raflant également le titre de championne olympique de super-G.

Bien réparti : huit cantons ont eu l’occasion de célébrer les médailles olympiques de « leurs » athlètes ces deux dernières semaines. La Suisse centrale a été particulièrement gâtée : avec Holdener et Suter, deux Schwytzoises ont ramené pas moins de trois médailles. Suivent de près, avec deux médailles, les cantons de Berne (Regez, Feuz), du Tessin (Gut-Behrami), d’Obwald (Gisin) et de Fribourg (Gremaud). Enfin, les cantons de Saint-Gall (Scherrer), des Grisons (Fiva) et de Nidwald (Odermatt) ont chacun eu une médaille à fêter.