« Je voulais m’en donner à cœur joie sur les pistes et avoir plaisir à skier »

Retour

À 26 ans, Sarah Höfflin a remporté son premier globe de cristal lors de la finale de la Coupe du monde de freeski sur le Corvatsch. La freeskieuse, qui est née et a grandi à Genève, a convaincu en obtenant de bons résultats tout au long de la Coupe du monde de slopestyle. Sa performance vient donc d’être récompensée avec le très convoité globe de cristal.

 

La fille d’un Suisse et d’une Néozélandaise d’origine néerlandaise nous dévoile ce que cette toute nouvelle victoire au classement général de la Coupe du monde de slopestyle représente pour elle.

 

Bien que tu aies été éliminée en quarts de finale la semaine dernière sur le Corvatsch, tu as réussi à te maintenir en tête du classement général de la Coupe du monde de slopestyle. As-tu regardé la finale des dames ?

 

J’étais vraiment très déçue de ne m’être pas qualifiée pour la finale. Les conditions pendant les qualifications étaient parfaites, ma performance et moi sommes donc les seules fautives.

 

J’ai regardé la moitié de la finale.

 

C’était très difficile de ne pas en être. Mais, aussi étrange que cela puisse paraître, je suis malgré tout contente d’avoir expérimenté ce sentiment de déception cette saison. Il me motive à m’entraîner encore plus assidûment et à skier encore mieux la prochaine fois.

 

Tu as dû faire l’impasse sur la saison dernière en raison d’une déchirure du ligament croisé. Au début de cette saison, aurais-tu imaginé pouvoir gagner la Coupe du monde ?

 

Pas une seconde ! Mon objectif principal n’était pas non plus de remporter le globe de cristal.

 

Et quel était ton objectif de la saison ?

 

Après ma période de convalescence, je voulais revenir plus forte ; voilà quel était mon objectif. Je voulais m’en donner à cœur joie sur les pistes et avoir plaisir à skier. Ma classification au classement mondial était plutôt secondaire pour moi, donc je ne m’en suis pas trop préoccupée.

 

Sur quoi as-tu mis l’accent pendant l’entraînement pour atteindre ton objectif ?

 

Les rails, les sauts, la condition physique, la force : un peu de tout. Pendant mon programme de rééducation intensif après ma déchirure du ligament croisé, j’ai dû reconsolider ma musculature. J’ai donc passé de nombreuses heures dans la salle de gym.

 

Sur la neige, j’ai consacré beaucoup de temps à l’entraînement sur le rail. Je dois cependant préciser que j’étais vraiment mauvaise sur les rails avant mon accident (rires). Et, bien entendu, il fallait que je retrouve mon ancien niveau pour les sauts, ce qui était très frustrant au début. Mais, avec un entraînement assidu, j’y suis rapidement parvenue au bout de quelques semaines.

 

Parle-nous de ton temps fort de la saison actuelle.

 

Mon temps fort de cette saison a été la Coupe du monde à Seiser Alm, en Italie ! Nous avons logé dans un hôtel hyper cool, où la nourriture était absolument fantastique. Ils avaient même du champagne pour le petit-déjeuner !

 

La météo a également été parfaite tous les jours et monter sur la plus haute marche à la fin de la compétition a simplement été la cerise sur le gâteau.

 

Quand as-tu commencé le freeski ?

 

J’ai découvert le freeski lors d’une excursion de ski à l’université. Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, j’ai décidé de faire une saison de ski à Tignes.

 

Qu’est-ce qui te plaît dans ton sport ?

 

Pour faire plus simple, je vais vous confier ce que je n’aime pas : le froid.

 

 

 

Dans une semaine, Sarah Höfflin participera aux Championnats du monde de slopestyle, les premiers de sa carrière, à Sierra Nevada, en Espagne. Bonne chance, Sarah !

 

Découvrez ce que Sarah Höfflin a déclaré à propos de sa victoire du globe de cristal et ce à quoi elle a comparé le poids du globe :