Le cœur du sport suisse sous la loupe

Retour

Le projet « Stratégie Economie du sport 5.0 » a pour objectif de montrer comment le sport suisse pourra surmonter la crise du coronavirus à long terme. Aujourd'hui, sur invitation de Swiss Olympic et de l'Office fédéral du sport OFSPO, quelque 80 représentantes et représentants du paysage sportif suisse ont abordé les problèmes actuels, mais également les opportunités et le chemin à prendre, à l'occasion d’une « Journée Perspectives » à Berne.

A quoi ressemblera le monde du sport suisse après la crise du coronavirus ? Quels vont être les principaux défis pour les clubs, fédérations, comités d’organisation ou encore athlètes ? Et quelles sont les possibles solutions pour compenser les pertes et surmonter ces défis à long terme ? Voici certaines des questions auxquelles ont tenté de répondre aujourd’hui quelque 80 représentantes et représentants du sport suisse, à l’occasion de la Journée Perspectives « Stratégie Economie du sport 5.0 », au Stade de Suisse à Berne. Les présentations et discussions ont ainsi permis de dresser un tableau détaillé des besoins et défis du système sportif suisse.

« Le cœur du sport suisse n’avait jamais été étudié aussi minutieusement qu'avec ce projet. Ses conclusions vont nous aider à surmonter les conséquences du coronavirus à long terme », a expliqué Jürg Stahl. Le président de Swiss Olympic a comparé l'état actuel du système sportif suisse à celui d'une plante fragile : « En ce moment, nous plantons la graine – nous stabilisons. L'arrosage donne ensuite l'impulsion. Puis la plante fleurit – la transformation a lieu. » Mais une telle transformation requière de la force. Jürg Stahl a donc appelé l’assemblée à relever les défis avec engagement et imagination : « L’impulsion et la transformation doivent provenir du sport et être mises en œuvre par le sport. Nous devons apprendre à façonner notre futur et nous devons avoir le courage d'aborder le changement avec détermination. »

La Journée Perspectives a débuté par un discours de la conseillère fédérale Viola Amherd. La ministre des sports en a profité pour assurer que le sport pouvait compter sur le soutien de la Confédération. « Toutefois, ce soutien est lié à une demande. A l’avenir, le sport féminin devrait être davantage promu, tout comme le sport handicap ». De son côté, Matthias Remund, le directeur de l'OFSPO, a expliqué : « Le soutien financier apporté par la Confédération doit servir à soutenir les organisations importantes pour la structure des divers sports. Il appartient maintenant aux fédérations de les utiliser en fonction des besoins. »

Les enseignements de cette Journée Perspectives vont désormais compléter les résultats de nombreuses études et enquêtes menées, dans le cadre du projet « Stratégie Economie du sport 5.0 », par la section Economie du sport de la Haute école fédérale de sport de Macolin. Dans les mois à venir, Swiss Olympic entend utiliser toutes ces connaissances pour élaborer une stratégie sportive complète. Cette stratégie devra couvrir l'ensemble de l'économie du sport et prendre en compte les besoins du sport de compétition, comme ceux du sport populaire.